Mohiville

Mohiville et Scoville doivent leur origine à des "villae" romaines, situées le long d'une voie romaine secondaire allant vers Maffe et Chardeneux. La section de Mohiville était une terre liégeoise et une des huit paroisses de la mairie de Ciney. Mohiville avait une cour foncière dite de Saint-Hadelin, qui relevait de la Haute Cour de Ciney. Bel exemple d'une enclave typique du Moyen Age, le bois Thiroul était un fief namurois et dépendait de la prévôté de Poilvache. En 1231, le seigneur de Halloy fit donation de son moulin de Chérimont à l'abbaye d'Aulne. Le village, situé en bordure du pays de luxembourg fut souvent assiégé par des bandes armées.
La terre de Scoville est liée à la légende de Saint Hadelin. Cette terre aurait été donnée par une certaine dame Guysa à Saint Hadelin au XVllle siècle pour le remercier de l'avoir rappelée à la vie, par ses prières.
La châsse de Saint Hadelin qui se trouve à Visé rappelle cet événement.
Scoville dépendait donc du chapitre de Visé, seigneur foncier jusqu'en 1795. La Haute Justice était rendue par la Haute Cour de Ciney. Sur le plan administratif et militaire, c'est la mairie de Ciney qui réglait la vie de Scoville.
Scoville ne connut pas de seigneur particulier, car le village faisait partie du domaine direct du prince-évêque et il se trouvait sous la protection d'un avoué. Au XVe siècle, Gilles de Scoville, directeur du collège des Jésuites de Marche, fit don de ses biens patrimoniaux de Scoville à la Compagnie de Jésus.
Les Pères Jésuites devinrent les propriétaires du moulin qu'ils cédèrent, en 1691, à Mathieu d'Ossogne.
Situé au centre d'un parc doté d'un étang aux magnifiques frondaisons, le château de Ry a été l'apanage des de Maillen jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. La terre de Ry, seigneurie allodiale du pays de liège, était une des trente-deux hauteurs de Ciney. Albert-François de Maillen, seigneur de Ry né en 1704, fit construire l'église de Mohiville. La qualité architecturale de cet édifice tranche nettement sur les productions de la région au XVIIIe siècle. L'église fut consacrée le 22 septembre 1772 par Charles-Alexandre d'Arberg et Vallengin, évêque suffragant de Liège. Le domaine de Ry et le château, qui dans son état actuel date des XVII et XVIIIe siècles, passèrent par héritage, en 1905, des de Maillen aux d'Aspremont Lynden qui l'occupent toujours aujourd'hui.
Dans la vie rurale, la recherche de l'eau potable n'a pas toujours été une chose facile. Les habitants du village devaient se rendre notamment à la fontaine du moulin de Scoville, avec le joug et les seaux, afin de recueillir l'eau pour les besoins domestiques. Les ménagères se rassemblaient le long du Bocq pour laver leur linge avec la batte à bois, puis le rinçer dans le bac en pierre prévu à cet effet. La fontaine-lavoir était un véritable lieu de rencontre où s'échangeaient les potins locaux.
Malgré le progrès, Mohiville et ses hameaux recèlent toujours un patrimoine rural remarquable dominé par le bleu-gris clair de la pierre calcaire, qui invite à la flânerie

Patrimoine architectural

Ancien Moulin de Scoville

Le moulin de Scoville remonterait à l'époque romaine.
Cédé en 1691 par les Pères Jésuites à Matthieu d'Ossogne, il fut ravagé par un incendie et reconstruit en 1743. L'activité du meunier s'y est poursuivie jusqu'en 1963.
La roue du moulin a été entièrement rénovée et I'ensemble en robinier faux-acacia pèse environ 1.1 00 kg.
Juste devant le moulin, la fontaine-lavoir , constituée de deux bacs en pierre et située en bordure du ruisseau le Bocq, avait des usages différents. L'un des bacs servait à récolter l'eau, tandis que l'autre servait à rincer le linge.
Ce lieu avait également une grande fonction sociale car il permettait aux gens de se rencontrer et de converser.

La croix NIHOUL

A la sortie de Ry et en se dirigeant vers Scy, on remarque à gauche une croix funéraire en fonte. Elle rappelle la mort accidentelle de Désiré Nihoul le 6 août 1879
La croix BINNART

C'est au lieu-dit Croix Binnart que l'on peut observer cette belle croix d'occis en pierre calcaire typique du Condroz. L'inscription "YCY /Occit François Binnard/ le 3 septembre 1731 figure sur la face antérieure


Eglise Saint-Pierre

Implantée sur le versant droit du Bocq, elle occupe une position intermédiaire entre les localités de Mohiville et de Scoville dépendant de son ressort paroissial. L'église qui succéda à un sanctuaire plus ancien fut construite en 1768 aux frais d'Albert-François de Maillen, Seigneur de Ry.

La qualité de son architecture se démarque des autres édifices religieux de la région. Les plans de l'église furent levés par le chapelain Léonard Lemaire et elle fut consacrée en 1772. Les pierres calcaires, utiles à sa construction, ont été extraites des carrières de la région. L'église, le vieux tilleul, l'ancien cimetière et les abords ont fait l'objet d'une procédure de classement.

Ce sanctuaire recèle en son sein de nombreuses richesses sur le plan du patrimoine religieux (Vierge et l'enfant du 16ème siècle, statue de Saint Hadelin du 16ème siècle, chaire de vérité du 19ème siècle). La lame funéraire d'Albert- François de Maillen, seigneur de Ry, Sorée, Maibes et Jamblinne, réalisée en cuivre doré est un exemple remarquable de ce patrimoine .

La Chapelle des prisonniers

La chapelle Notre-Dame du Perpétuel Secours a été érigée afin de perpétuer le souvenir de la captivité et vénérer l'image de la Vierge et de l'Enfant Jésus. Réalisée avec des moyens de fortune par les prisonniers du camp de Prenzleau, elle échappa, miraculeusement, au bombardement du 12 avril 1945
Le Site de Ry

Le château daterait de 1598. On y voit une tour-lanterne ronde, une autre carrée, trois corps de bâtiment de hauteurs différentes et deux ailes de dépendances en moellons calcaires. Jadis, il possédait un pont-levis jeté sur le fossé d'entourage.
La terre de Ry a été l'apanage des de Maillen du XVI jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Actuellement, cette propriété appartient à la famille d'Aspremont Lynden .
L'ancienne chapelle castrale a été construite en 1698 par la famille de Maillen, comme en témoigne la dalle en marbre blanc frappée aux armes de la famille. Elle fut consacrée en 1741 et dédiée à l'Immaculée Conception.

C'est une construction classique en moellons de calcaire qui abrite plusieurs dalles funéraires intéressantes, comme celle de Jehenne de Maillen (1539).
Autres curiosités

La chapelle Notre-Damme de la Salette (1861), la chapelle SainAntoine, la chapelle Saint-Joseph de Ry, l'ancienne forge.
Patrimoine naturel

Le Bocq

En sortant du village de Scy pour se diriger vers Mohiville, les berges boisées naturellement d'aulnes nous signalent la présence du Bocq dans les prairies.
La nature sauvage du Bocq laisse place progressivement à la main de l'homme qui a façonné et ordonné la vallée. Ainsi, vous trouverez le long de la rivière :
fermes, moulin avec ses biefs, étangs de pisciculture ou d'agrément, vannes servant autrefois à inonder les prairies bordant le Bocq, succession de barrages de retenue pour alimenter les étangs.

Le Bois de Mohiville

Sur Mohiville, les bois sont également bien représentés. Situés sur les crêtes de la vallée, ils se composent d'une futaie mélangée de chênes et de frênes avec un sous-bois abondant de coudriers
Les "Chemins Creux"

Un autre attrait de Mohiville consiste en ses nombreux "chemins creux" bordés de haies et d'arbres remarquables.
Ces chemins envahis partiellement par la végétation constituent de véritables refuges pour la faune et la flore indigènes
Ry

A Ry, aux abords du château, vous remarquerez un ancien verger et quelques étangs alimentés par une source provenant du bois voisin. L'eau de ces étangs est d'une grande pureté

Actions sur le document